chatbox lateral

[Great Story]La Fille du Démon (Kyosu)

Aller en bas

>> [Great Story]La Fille du Démon (Kyosu)

Message  Gossip Coco le Mar 25 Mar - 23:14

Titre : La fille du Démon
Auteur :
Gossip Coco
Fandoms : Peace Maker Kurogane, PoT, peut être d'autres
Genre : OC, SI, Angst, Über
Rating : PG -13
Pairing : Ben , j'aurai bien aimé Okita x Kao/Mitsu mais bon, y en aura aucun XD
Disclaimer : Les personnages ne m'appartiennent pas (grand bien m'en fasse), je les emprunte juste pour faire mumuse hormi Kaori Natsume/Mitsuki Hijikata qui m'appartient
Résumé : Bon, pour la GR8 et le fofo du YoshiYuri-PoT, voici une histoire bien plus sérieuse que les "Rêveries de Kaori" qui j'espère ne vous dégoûtera pas trop des SI. Contient des tonnes d'anachronisme. L'histoire de Kaori Natsume/Mitsuki Hijikata, la fille du Démon du Néo Shinsengumi... (c'est très court et succint, j'avais la flemme d'écrire beaucoup dessus). J'ai changé ma bio parce que : un, mettre autant de perso me gonflait un peu, deux, disons que certains centres d'intérêt ont quelques peu évolué...

Chapitre 1 : Les origines

Le Shinsengumi... Un groupe qui semblait s'être perdu dans la mémoire collective et avait disparu corps et bien tout comme le shogunat et les Tokugawa. Mais ce n'était qu'une façade. Le groupe n'était pas mort, il venait de renaître de ses cendres alors que les lointains descendants (réincarnations?) de noms de légendes comme Hijikata Toshizo, Soji Okita, Hajime Saito ou Yamanami Keisuke avaient en quelque sorte repris le flambeau. Ainsi était né le Neo Shinsengumi, de véritables samourais, se battant dans l'ombre pour garder une sorte de paix. Leurs ennemis n'étaient pas les membres du Shochu mais plutôt les Yakuzas et autres criminels qui menaçait l'Empereur. Ils n'avaient d'existence officielle, seulement des rumeurs couraient sur eux. Hijikata Tesuke était le digne descendant d'Hijikata Toshizo en étant considéré comme un démon lors des combats. Pourtant, il se maria avec une jeune fille d'Okinawa, Yamazaki Kissen, elle descendante d'une famille de shinobi protégeant un Muramasa. Ils eurent une fille unique prénommée Mitsuki, née lors d'une nuit de lune. Cette dernière grandit dans une atmosphre martiale et élevée comme une guerrière. Lorsqu'elle eut dix ans, Hijikata et Kissen découvrirent avec stupeur qu'elle était la seule à maîtriser le Muramasa alors que même son père, pourtant très puissant, était incapable de tenir cette épée entre ses mains. Cela les terrifia et ils cachèrent cela à tout le Shisengumi, excepté Okita qui avait été présent.

Cependant, la mère de Mitsuki décéda alors que sa fille était âgée d'environ douze ans. Quelque chose se brisa en elle, tout comme en Hijikata qui, bien ne l'avait jamais montré, l'aimait passionnément. Très jeune, Mitsuki était entourée par la mort et, peu à peu, voulut devenir comme son père. Perdre son humanité ne l'effrayait pas. Elle pensa durant longtemps que son père la rejetait parce qu'elle était une fille et ne pourrait pas lui succéder dans le commandement du Shinsengumi. Et elle n'avait plus accès librement au Muramasa, malgré son intense désir de possession. Elle se lia énormément avec Okita Sora, le Capitaine de la Première Division qui, bien qu'il fut dangereux, aussi démoniaque au combat que son père, était le reste du temps, un jeune homme joyeux à l'attitude adolescente, loin de l'image que beaucoup se faisaient des membres de cette organisation de samourais combattant sans aucune pitié, usant parfois de la torture comme méthode d'interrogatoire. Elle s'entendait aussi bien avec Saito Ichigo, le Troisième Capitaine, avec qui elle aimait discuter le soir en dégustant des dangoos. En fait, elle s'entendait bien avec tout le monde, y compris son oncle, le frère de Kissen, Yamazaki Ryo, un puissant et dangereux shinobi. C'était avec son père que Mitsuki avait le plus de mal.

Lorsqu'elle atteignit l'âge de quinze ans, un évènement déterminant se produisit, changeant radicalement la vie de Mitsuki. Des rumeurs comme quoi de dangereux anarchistes prévoyaient un attentat dans le métro de Tokyo et profiter du désordre généré pour renverser l'Empereur et établir une dictature militaire parvinrent aux oreilles du Shisengumi. Kondo Kisame reçut l'ordre de la Cour Impériale d'éliminer les rebelles et ce fut la nuit de trente juin qu'une descente devait se faire dans les locaux du Love Hotel Juruizawa. Hijikata et les autres se préparaient au combat mais Mitsuki n'avait pas le droit de les rejoindre. Elle n'était pas membre officiel du Shinsengumi, juste la fille du Vice-Commandant, même si certains se doutaient de ses aptitudes au combat. Alors que le combat avait commencé, Mitsuki en eut assez d'attendre sans savoir si son père ou ses amis étaient blessés ou morts, chercha le Muramasa et revêtit la tenue traditionnelle du Shinsengumi. Lorsqu'elle arriva au Juruizawa, c'était un véritable champ de bataille : des cadavres jonchaient les couloirs et les chambres. La vue du sang réveilla quelque chose en Mitsuki qui, lorsqu'elle rencontrit des ennemis, les tua sans aucune pitié. Okita arriva à cet instant et fut effrayé de voir la fille de son meilleur ami devenue vraiment Akuma no Oujousan, littéralement la fille du Démon, couverte du sang de ses victimes, le regard dément qui exprimait un véritable plaisir à tuer. Il peina à lui faire lâcher le katana et cette dernière faillit le blesser gravement. Après cela, tous furent au courant que Mitsuki avait les mêmes capacités qu'Hijikata au sabre. Mais peu lui importait. Après cela, pour Hijikata et même pour les autres, il devint évident que Mitsuki avait besoin de vivre une vie normale d'adolescente. Il l'envoya chez une ancienne amie, Natsume Reika qui devint sa mère adoptive et Hijikata Mitsuki se fit prénommée Natsume Kaori afin de la protéger d'éventuelles représailles, des anarchistes ayant réussi à s'enfuir, connaissaient désormais l'identité de la fille de leur ennemi. Mitsuki, devenue Kaori, savait pourtant qu'au fond d'elle-même, elle ne serait jamais plus elle-même. Elle avait tué, elle avait perdu un peu de son humanité. La seule chose qui lui redonna goût aux sentiments et à ce que l'humain peut avoir de bon en lui fut le tennis. Mais le démon ne dort jamais complètement et, la simple vue du sang réveille les instincts meurtriers de sa fille.

Chapitre 2 : Passionnée de tennis? Le sport et le bushido

Recherchant une école dans laquelle elle pourrait s'intégrer facilement, celle qui se prénommait désormais Kaori Natsume découvrit l'école de Kyosu. Elle s'y inscrivant avec sous sa nouvelle identité. Elle se décida pour le club de tennis, sport qu'elle avait découvert il y avait quelques temps déjà et dont la passion pour cette discipline s'était éveillée en elle. La jeune fille y fit la rencontre du Capitaine Kirin Inui qui lui sembla fort sympathique et à des années-lumières des personnes qu'elle côtoyait auparavant. Bien sûr, comme n'importe quel sportif, il recherchait la performance et la victoire, mais pas au détriment de la vie de ses adversaires. D'ailleurs, au tout début qu'elle se mit sérieusement à jouer, Kaori avait eu beaucoup de mal à ne pas vouloir achever son adversaire, ni pourquoi les joueurs ne se faisaient pas de seppuku quand ils perdaient. Perdre signifiait mourir pour elle, alors de les voir en vie après une défaite la dépassait un peu. Puis, elle s'habitua quand même à sa nouvelle vie. Mais tout lui manquait. Et lors de matchs, elle pouvait sentir son sang bouillir dans ses veines mais, par chance, elle parvenait à se contrôler. C'était un combat perpétuel. Long. Fastidieux. Et surtout épuisant. Elle dormait beaucoup, c'était en quelque sorte sa façon à elle de récupérer. Son ancienne personnalité refaisait parfois surface durant de très courts moments, ses yeux s'injectaient de sang, son regard démoniaque pouvait être terrifiant et sa mère adoptive, Reika, devait sans cesse la raisonner pour que Kaori reprenne son rôle d'adolescente normale.

Par la suite, elle rencontra d'autres jeunes dans le club de tennis, entre autre Keigo Marui avec qui elle se lia fortement d'amitié. Bavard, imbu de sa personne à un point que c'était sans doute au delà de la vantardise, c'était pourtant à la propre surprise de l'ancienne samourai qu'ils s'entendèrent très bien. Keigo lui permettait, sans même sans rendre compte, d'éviter de parler. Il le faisait pour elle. Et elle se permettait de squatter le banc des vestiaires pour dormir. Ce fut seulement avec lui qu'elle se permit quelques gestes d'expansion, chose qu'elle n'aurait jamais fait du temps du Shinsengumi, même avec Okita. Durant quelques temps, elle ne le revit pas, ni son père, devant son contenter du courier. Elle passait sa frustration dans les matchs, d'autant qu'elle savait que tout le Shinsengumi était sur les traces d'un dangereux anarchistes et que la jeune fille aurait pris un vrai plaisir à lui faire goûter à son sabre. Elle avait conservé le Muramasa dans sa chambre, méditant en le tenant sur ses genoux. Retrouver la paix intérieure après l'entraînement, c'était primordial pour arriver à gagner.

Bien entendu, elle fit la connaissance d'autres joueurs et joueuses : Yuri Lulu, Yoshiko Echizen, Ryuuzaki Yagami et d'autres. Peu à peu, elle parvint à vraiment devenir une ado normale, avec son baladeur, ses passions un peu bizarres comme la magie noire, les garçons, même si elle en avait rien à foutre. La magie noire, parlons-en d'ailleurs.

Un soir après l'entraînement, la jeune fille fut mandée par sa prof de dessin pour aller chercher du matériel dans la cave. En y allant, elle y trouva un vieux livre, poussérieux, cachée derrière une pile de journeaux. Intriguée, Kaori l'emporta chez elle. Livre manuscrit, il contenait tout ce qui concernait la magie, la magie noire : invocation de démon, résurection des morts, contrôle sur les gens. Sceptique, elle testa l'un des sorts sur une fille de sa classe et cela fonctionna! Depuis, Kaori ne cesse de vouloir devenir une grande sorcière, et ce dans le but de maîtriser sa propre soif de combat. Parce que l'unique souhait de la jeune fille est de devenir vraiment quelqu'un comme Okita, capable de se dominer et de vivre une existence ordinaire sans oublier la voie du Bushido.

_________________


Qui peut contempler un miroir sans devenir mauvais? Le miroir ne reflète pas le mal ; il le crée. Kusanagi Motoko, GitS Innoncence
avatar
Gossip Coco
Titulaire reconnu dans le club
Titulaire reconnu dans le club

Féminin
Nombre de messages : 196
Age : 35
Localisation : Avec son Prozac® évidemment...
Emploi : Maniaco-dépressive avec troubles bipolaires
Loisirs : Découper les gens en morceaux avant de s'enfuir dans les arcanes du Net XD
Date d'inscription : 09/01/2008

Fiche RPG
¤ Experience:
0/100  (0/100)
Style de Jeu: All-rounder
Techniques Actives:

Voir le profil de l'utilisateur http://antre.des.secrets.free.fr/antre/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum